fumier-couche-chaude

Pour les amoureux du jardinage, les fans des espaces verts, des potagers chez soi, du bio et de la flore, qui ont des difficultés d’obtenir les résultats souhaités, il existe des résolutions à la portée de tous, qui permettent de bien démarrer les jeunes plants.

En effet, pour ceux qui vivent dans des endroits avec des conditions climatiques rudes et non favorables, entretenir une serre devient assez difficile.

Cependant, il y’a une technique que l’on nomme couche chaude afin de mener à bien vos jeunes plantations. À travers cet article, nous allons voir ce que représente une couche chaude et les différents types de cette dernière.

Qu’est-ce qu’une couche chaude ?

Du fumier, des herbes, des déchets verts aux feuilles, ce mélange est à préserver avec minutie, car c’est grâce à ce mélange qu’une couche chaude se compose. Cette dernière permet l’accélération de la végétation des plantes, aussi d’en cultiver même en hors saison et tout au long de l’année.

La couche chaude est une technique agricole, peu coûteuse, qui a le pouvoir d’avoir des cultures potagères précoces et tout cela grâce à la chaleur dégagée par la fermentation du fumier afin d’obtenir des résultats positifs.

Il faut choisir le bon moment pour mettre en œuvre une couche chaude. La couche doit-être prête pour un semis à la mi-février.

Il existe deux types de couches chaudes : la couche chaude avec le fil chauffant et la couche chaude au fumier.

Cependant, il existe plusieurs variantes de couches chaudes :

  • la couche chaude enterrée : la variante la plus utilisée, pour son efficacité et son économie de la chaleur. Utilisée pour les modèles de grands châssis et pour les châssis construits fixement ;
  • la couche tiède : qui se diffère de la couche chaude dans les matières organiques mélangées et l’épaisseur de la couche ;
  • la couche sourde : similaire à la couche chaude enterrée, à la différence qui existe entre les dimensions de la fosse creusée et les dimensions du châssis, le mélange doit se composer d’un tiers de fumier chaud et de deux tiers de fumier froid ;
  • la couche en poquet : souvent utilisée pour les semis des courgettes, melons, concombres et citrouilles, entre autres ;
  • les réchauds : ne sont pas vraiment considérés comme étant des couches chaudes, mais leur rôle est de renforcer ces dernières en leur apportant une chaleur supplémentaire lors du grand froid, et peuvent également jouer le rôle d’un isolant qui produit lui-même sa chaleur.

Comment réaliser une couche chaude ?

Il est à la portée de chaque main verte de réaliser une couche chaude, sans difficultés. Il suffit juste de disposer des composantes de la couche chaude et surtout d’établir les couches dans le bon ordre. On distingue deux façons et deux types de réaliser une couche chaude, ci-dessous les étapes à suivre :

  • réaliser une couche chaude avec un fil chauffant : qui remplace la couche du fumier (si vous avez du mal à vous en procurer). Le câble chauffant doit être enterré sur une couche de sable d’une épaisseur de 5cm. L’espacement entre les câbles doit être d’au moins 20 cm entre chaque câble et à 5 cm du mur. Vous pouvez éventuellement remplacer le câble électrique par des ampoules électriques de faible puissance si l’environnement est très froid ;
  • réaliser une couche chaude à la base d’un fumier : cela consiste à creuser une fosse allant jusqu’à 60 cm de profondeur et de 150 cm de largeur, tandis que la longueur sera selon votre choix. Puis entourer la fosse creusée avec du parpaing sur les quatre côtés. Et enfin remplir la fosse avec un mélange à la base de fumier avec les divers restes végétaux et mettez des planches au-dessus de la fosse remplie avec une couche de 20 cm d’engrais naturels.

Une fois que votre récolte précoce est faite, vous pouvez réutiliser votre fosse, en sortant l’ancien fumier pour l’aérer et le mélanger avec du fumier frais, puis remettez tout en place comme la première fois.

Maintenant, entretenir un potager, un jardin ou encore une serre n’est plus un secret pour vous. Vous connaissez désormais la solution idéale pour maintenir vos plantations en bon état et avoir de bons résultats.

  • NATUREN - Engrais universel 8 kg
  • Engrais complet bleu pour culture 5kg
  • SOLABIOL SOPALMY15 Engrais palmiers et plantes méditerranéennes 1,5 Kg | Utilisable en Agriculture Biologique